AccueilMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Contexte.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aizu
Game Master
avatar

Aventures : 106

MessageSujet: Contexte.   Mar 1 Mar - 18:09

Contexte

    Hakuouki RPG se fonde sur le jeu et animé à succès du même nom. L'histoire se déroule au Japon historique de 1865, et met en scène le Shinsengumi, une force de police spéciale patrouillant Kyoto pour protéger la population des bandits et autres gens malintentionnés qui grouillent dans les rues. Même s’ils travaillent sous les ordres du seigneur d’Aizu, le Shinsengumi est composé principalement de rônins (des guerriers non samouraïs), de fils de marchands ou de médecins, etc. Des hommes avec des rêves plein la tête dont la montée au pouvoir fut difficile.

    Le Japon connaît alors les dernières heures du Bakufu (le gouvernement du Shogun, qui est le chef des armées). L'Empereur, pendant longtemps confiné à un rôle symbolique de parade, sans pouvoir quitter la ville de Kyoto, alors que la véritable capitale politique et économique se trouvait à Edo, a commencé à faire entendre sa voix.

    En effet, l'époque est on ne peut plus troublée.

    Il faut savoir que depuis 1639 et une répression sévère contre les Chrétiens, le Japon a fermé ses frontières, limitant les déplacements des étrangers (essentiellement que des Chinois et des Hollandais) à Nagasaki (île de Dejima). Cependant, en 1853, les États-Unis envoient le Commandant Perry et ses « Black Ships » pour forcer la main au Japon,  pour que le pays s'ouvre enfin au commerce extérieur.

    Mais le Shogun n'a pas les moyens militaires de faire face à la menace de Perry et des USA. Il décide donc de consulter, pour la première fois depuis longtemps, l'Empereur. Ce dernier exige de bouter les ennemis de la nation loin, alors même que les daimyôs (les nobles, souvent chefs de clans/gouverneurs de provinces) désirent la guerre. Devant le manque d'unité, le Shogun ne tente même pas de lancer une offensive, bien conscient que cela serait du suicide. Ainsi, et en dépit des ordres de l'Empereur, il doit signer un accord commercial pour la Russie, les USA et la Grande-Bretagne.

    A partir de ce moment, le Japon est donc de plus en plus politiquement divisé, entre les loyaux sujets du Shogun, et ceux qui désirent voir l'Empereur de nouveau aux commandes. Le sujet des étrangers sert donc de prétexte, car finalement, le Shogun n'est pas plus que ça pour le commerce avec les autres nations, juste trop faible pour s'y opposer. Cependant, cette faiblesse est désormais connue de tous et certains domaines voudraient bien mettre fin à deux siècles de suprématie du clan Tokugawa.

  • Création et mort du Roshigumi

    En 1863, des guerriers sans maîtres, des rônins, créent un groupe « le Roshigumi » et s'en vont à Kyoto pour proposer leur service au Shogun. Il s'agit de le protéger quand il est à Kyoto pour consulter l'Empereur, ce qui arrive de plus en plus en ce moment.

    Une majeure partie des rônins décide de faire sécession et de rejoindre le groupe des pro-empereur, les Sonnô Jôi. Ceux qui restent finissent par obtenir l'appui du domaine Aizu, un des grands domaines directement placés sous le contrôle du Shogun (Il est important de noter que le chef de la police de Kyoto (« Commissaire Militaire de Kyoto ») était un membre haut placé du domaine Aizu). Le Roshigumi est dirigé notamment par Isami Kondô, Kumo Serizawa, alors que Toshizio Hijikata et Yamanami Keisuke (plus connu comme Sannan-san) sont de précieux assistants. Le reste de la troupe est composée de dix divisions, chacune menée par un capitaine.

    Cette même année, le Roshigumi est confronté à plusieurs grands problèmes :

    Le comportement désastreux de Serizawa


    Kumo Serizawa est l'un des membres dirigeant le Roshigumi. Il est aussi le seul à être un samouraï, un « noble ». Ce fait, associé à son très mauvais caractère, le fait se comporter comme un tyran. Il exige des autres le respect, et terrorise les habitants de Kyoto et Osaka pour obtenir des fonds pour financer le Roshigumi. Il va jusqu'à mettre le feu ou à sortir son sabre, dès la moindre « injure » à son encontre.

    Pour pallier ce souci, Hijikata, alors « simple » conseiller d'Isami Kondô, met en place un règlement intérieur extrêmement strict. Au moindre faux pas, les membres du Roshigumi doivent se faire « seppeku », le suicide honorable. Il s'agit de montrer aux civils que la troupe n'est pas un groupe de malfrats, comme beaucoup de rassemblements de rônins peuvent l'être. Car les rônins (des samouraïs sans maître) sont généralement pauvres, mais armés, et n'hésitent pas à faire pression sur les habitants.

    Entre les agissements de Serizawa, le caractère « rônin » du Roshigumi et le fait que la plupart des actions de sécurité de Roshigumi se soldent dans le sang (arrestation de voleurs, de partisans anti-shogun, etc.), le Roshigumi n'a pas forcément bonne réputation. Pourtant, petit à petit, la troupe fait ses preuves, jusqu'à obtenir du commissaire militaire un nouveau nom : le Shinsengumi. Cependant, afin de se montrer digne de cette confiance, Kondô et Hijikata doivent se résoudre à assassiner Serizawa en octobre 1863. Après ça, ce nouveau groupe commence à construire son image d'hommes patrouillant la ville, pour protéger les civils (à la différence d'autres brigades de samouraïs, qui ne protègent que le palais impérial et autres lieux emblématiques).

    L'expérimentation sur l'Eau de Vie

    Difficile de dire qui du Bafuku ou de Serizawa a fait le premier pas pour développer ce projet au sein de la troupe. Cependant, en 1863, le Roshigumi reçoit l'ordre de travailler avec un certains Kôdô Yukimura. C'est un docteur formé à la médecine occidentale, qui expérimente sur un étrange liquide, « l'eau de vie ». Cette substance rouge a été obtenue par le Bafuku depuis « l'Ouest » (la Chine ou l'Europe, ce n'est pas dit) et permettrait d'améliorer les compétences des hommes : force, rapidité, endurance, etc.

    Bien que cela ne plaise pas à Kondô et Hijikata, le docteur commence à travailler... et à expérimenter cette Eau de Vie sur les soldats qui auraient dû mourir par seppeku. Ceci en soit est déjà contestable, mais le problème est surtout que la personne qui boit l'eau de vie se transforme en une sorte de monstre fou furieux, un « rasetsu ». Les cheveux tournent au blanc le plus pur, les yeux au rouge étincelant, mais surtout, perte de la conscience de soi, de réflexion. Les sujets testés deviennent des animaux agressifs, certes rapides et forts (trop, même), et assoiffés de sang.

    Mais les ordres du Bafuku sont formels, aussi la recherche continue. Le but est de distiller l'eau de vie pour réduire la perte de conscience.

    Peu de temps avant la mort de Serizawa, le laboratoire de Yukimura-sensei brûle durant la nuit. Toutes les recherches, les archives, tout est perdu... mais le corps du docteur n'est pas retrouvé. A-t-il été capturé par un ennemi du Bafuku ? S'est-il enfui ? A-t-il trahi de lui-même ? Les questions restent sans réponse.


  • Janvier 1864  - Arrivée de Chizuru Yukimura

    Le Shinsengumi n'a pas réussi à retrouver trace de Yukimura-sensei, et les recherches sur l'eau de vie, chapeautées par Sannan, n'avancent guère. La situation politique entre les pro et anti-Shogun ne s'améliore pas.

    C'est dans ces conditions que le Shinsengumi se retrouve nez à nez avec Chizuru Yukimura, alors que la jeune fille allait se faire tuer par des rasetsus en fuite. Cette dernière, devant le manque de nouvelles de son père, s'est déguisée en garçon pour voyager d'Edo à Kyoto. En effet, elle ne savait pas que le laboratoire de son père avait brûlé dans un incendie.

    Bien que très réticents à l'idée d'introduire une fille dans les secrets les plus noirs du Shinsengumi, Kondô et Hijikata n'ont pas d'autre choix que de la garder avec eux. Elle ignore tout de l'eau de vie, mais peut aider à retrouver son père. Ainsi, elle continue à se déguiser en garçon et assume le rôle de page pour Hijikata, tout en étant sous l'étroite surveillance des capitaines.


  • Juin 1864 - Affaire Ikedaya

    Le Shinsengumi met à jour un complot mené par le clan Chôshu, qui est clairement anti-Shogun/pro-Empereur. Ces traîtres veulent brûler la ville de Kyoto, assassiner Matsudaira Katamori (le fameux commissaire militaire) et capturer l'empereur. Cependant, le lieu de réunion n'est pas certain, aussi la troupe doit se séparer en deux groupes. Finalement, les traîtres sont repérés à l'auberge Ikedaya, et le Shinsengumi, bien qu'en petit nombre, porte l'assaut. L'opération est un succès, et le Shinsengumi reçoit tout le crédit de l'arrestation, car le domaine Aizu n'avait pas prêté attention aux messages.

    Cependant, pendant ce combat, deux capitaines, sont grièvement blessés par deux hommes bien étranges, possédant des capacités hors du commun. Bien plus forts et rapides que la normale, ils se disent indépendants des traîtres Chôshu, mais n'hésitent pas à s'en prendre au Shinsengumi.

  • Août 1864 - La rébellion des portes Hamaguri

    Des partisans du courant Sonnô Jôi veulent mettre le feu à Kyoto, puis capturer l'Empereur (encore). Le clan Chôshu est alors désigné responsable de cette rébellion. Les clans Aizu et Satsuma, pourtant ennemis en temps ordinaires, s'allient pour protéger le palais impérial. Le Shinsengumi est appelé en renfort et fait preuve d'initiative sûrement providentielle pour le tournant de la bataille.

    Lors des différents combats, le Shinsengumi re-croise le chemin de deux hommes étranges, puis d'un troisième. Cette fois, il obtient des noms : Chikage Kazama, Kyuju Amagiri, Kyo Shiranui. Les deux premiers sont aux ordres du clan Satsuma, le dernier suit le clan Chôshu ; pourtant, ils semblent se connaître et même travailler ensemble. Tous les trois sont toujours aussi forts et rapides, et clairement décidés à barrer le chemin du Shinsengumi et du Shogun.

    Kazama montre un intérêt particulier pour Chizuru, et l'appelle « oni », démon. Mais que veut-il dire ?

  • Fin 1864 – Arrivée de Itô

    Rapidement, le groupe se fait connaître et sa réputation est à son apogée. De plus en plus de membres rejoignent ses rangs, de telle sorte que l'effectif monte jusqu'à 300 guerriers.

    C'est à cette période que Kashitaro Itô arrive. Grand lettré, fin stratège et orateur sans pareil, c'est un allié de choix... mais il est clairement pro-Empereur, alors que le Shinsengumi est fidèle au Shogun. Son attitude générale, ses petites remarques douces-amères, et ses prises de positions commencent à semer le trouble dans l'organisation. D'autant plus que Sannan-san, blessé au bras gauche, ne peut plus manier le sabre. Le conseiller en titre du Shinsengumi voit son rôle se réduire, alors qu'Itô monte en puissance, surtout auprès de Kondô. Par dépit, il se consacre encore plus à la recherche sur l'eau de vie.

  • Février 1865 - Déménagement

    Le quartier général du Shinsengumi est devenu trop petit pour loger toute la troupe. Faisant d'une pierre trois coups, Hijikata choisit de déménager en territoire hostile au temple Nishi-Hongan-ji :

    - Les moines sont des Tobaku, anti-Bakufu, et les forcer à loger le Shinsengumi leur coupe l'herbe sous le pied

    - Le temple est localisé au centre de Kyoto, améliorant l'efficacité des patrouilles et des interventions des divisions

    - Le temple est réellement plus grand et permet de beaucoup mieux cacher l'existence des rasetsu à Itô, qui ignore tout de cette expérience, mais qui n'acceptera jamais de l'appuyer.

  • Juin 1865 - Protection du Shogun et le mystère des Oni

    En juin 1865, le Shogun se rend à Kyoto et le Shinsengumi est chargé de sa sécurité. C'est une mission cruciale, qui à la fois prouve la force de la troupe, et lui lance un défi de taille. Si quelque chose devait arriver au Shogun à ce moment, ça serait rédhibitoire pour le Shinsengumi.

    Cependant, ce n'est pas le Shogun qui est attaqué, mais Chizuru, et par nul autre que les trois hommes précédemment rencontrés. Entre deux échanges de coups, ils révèlent qu'ils sont des « onis », une race coexistante à l'Homme, et d'après eux, supérieure. Chizuru est aussi une oni, et une oni de pur-sang qui plus est. Les femmes oni sont rares, mais une pure sang ? Kazama veut l'enlever, car elle n'a pas sa place auprès de ses « barbares » et voudrait en profiter pour l'épouser. Il semblerait que Kazama soit un noble chez les Onis, et il désire un héritier au sang le plus pur possible.

    Les trois hommes avertissent aussi qu'ils sont au courant pour l'eau de vie et les rasetsus. Ils mettent en garde le Shinsengumi : qu'ils arrêtent de produire des abominations, des « faux-démons ». Mais quel lien entre l'eau de vie, les rasetsus et les onis ? Que sont vraiment les onis ? Et s'ils sont si méfiants des humains, pourquoi ces trois là travaillent-ils avec les opposants au Shogun ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hakuouki.bbactif.com
 
Contexte.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Contexte
» Règles, contexte et personnages
» ≈ le contexte.
» RPG hors contexte ?
» 02 + Le contexte.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hakuouki RPG :: Administration :: Règlement-
Sauter vers: